Santé

Recommandations en matière d’alimentation saine

Une alimentation saine, c’est bien plus que les aliments que vous consommez. Cela concerne tant la manière dont vous mangez, l’endroit et le moment où vous mangez, que la raison pour laquelle vous mangez.

Prenez conscience de vos habitudes alimentaires

Cuisinez plus souvent

Savourez vos aliments

Prenez vos repas en bonne compagnie

Prenez l’habitude de savourer une variété d’aliments sains tous les jours.

Mangez des légumes et des fruits en abondance, des aliments à grains entiers et des aliments protéinés. Choisissez plus souvent les aliments protéinés d’origine végétale.

Limitez les aliments hautement transformés. Si vous les choisissez, mangez-en moins souvent et en petite quantité.

Faites de l’eau votre boisson de choix

Utilisez les étiquettes des aliments

Restez vigilant face au marketing alimentaire. Il peut influencer vos choix.

 

Référence : https://guide-alimentaire.canada.ca/fr/recommandations-en-matiere-dalimentation-saine

DERNIÈRES NOUVELLES – MONA FORTIER

Consultez les dernières nouvelles de la Députée Mona Fortier (29 janvier 2021)

  • MESSAGE DE VOTRE DÉPUTÉE
  • CONSULTATIONS PRÉ-BUDGÉTAIRES
  • UN MESSAGE DU CONSEIL JEUNESSE D’OTTAWA-VANIER
  • CONSULTATION CONNECTÉE
  • GARANTIR À TOUS LES CANADIENS UN VACCIN GRATUIT ET SÛR D’ICI SEPTEMBRE
  • SITE DE TESTS DE DÉPISTAGE MOBILE DE LA COVID-19 AU CENTRE DES SERVICES COMMUNAUTAIRES DE VANIER
  • ÊTRE ACTIF PENDANT LA COVID-19

 

 

 

 

Attention à la marche! Des conseils utiles pour éviter les glissades et les chutes

19 janvier 2021 – Université McMaster

Nous sommes en plein hiver et la neige est abondante dans de nombreuses régions du Canada. Cela peut constituer un défi pour les personnes âgées, car les surfaces telles que les allées, les marches et les trottoirs deviennent plus glissantes et augmentent le risque de chute. Les chutes sont la principale cause d’hospitalisations liées à des blessures chez les personnes âgées. Au Canada, 1,6 million de personnes âgées tombent chaque année, et plus de la moitié de ces chutes entraînent des blessures graves.

Voici quelques stratégies de prévention des chutes pour vous aider à rester sur vos pieds cet hiver et au-delà.

N’ayez pas peur de demander de l’aide
Si l’idée de pelleter votre allée ou votre entrée est intimidante, pensez à demander à un ami, à un membre de votre famille ou à un voisin de vous aider à déblayer la neige et répandre du sel sur les surfaces. Si ce n’est pas possible, envisagez de faire appel à un service d’assistance payant. Minimiser votre risque de chute évitera les blessures et vous assurera de ne pas vous retrouver inutilement à l’hôpital.

 

Cliquez ici pour lire la suite de l’article.

 

Le 17 janvier on fête la Journée internationale de la cuisine italienne

La Journée internationale de la cuisine italienne a été proclamée par les “Itchefs”. De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’un groupe de chefs italiens spécialisés dans la cuisine italienne mais travaillant hors d’Italie. Pour sa célébration, cette journée s’est choisi le jour de la fête catholique de Sant’Antonio Abate, le Saint Patron des animaux, des bouchers et du salami.

La Cuisine TradPlus tient à souligner la Journée internationale de la cuisine italienne en vous offrant 3 mets à emporter :

    • Aubergine parmigiana avec polenta
    • Poulet cacciatore avec légumes et riz aux herbes
    • Tiramisu (dessert)

Le mardi 19 janvier passez votre commande à la Billetterie : https://bit.ly/CPC-Billetterie. Faites-vite car les quantités sont limitées!

Référence : https://www.journee-mondiale.com/368/journee-internationale-de-la-cuisine-italienne.htm

Se faire vacciner contre la COVID-19 en Ontario

Des vaccins sûrs et efficaces contribueront à protéger la population contre la COVID-19. Renseignez-vous sur ces vaccins et le moment où ils seront disponibles en Ontario.

Sur la page Internet vous retrouverez des renseignements sur les sujets suivants :

Pourquoi se faire vacciner?
Quand les vaccins seront-ils disponibles?
Qui pourra se faire vacciner?
Groupe d’étude sur la distribution des vaccins contre la COVID-19
Liens connexes

Cliquez ici pour accéder aux renseignements pertinents.

Source : Gouvernement de l’Ontario

 

Qui seront les premiers à recevoir les vaccins contre la COVID-19?

L’Ontario définit les groupes de population clés qui seront les premiers à recevoir les vaccins contre la COVID-19

La province est prête à distribuer aux aînés vulnérables et aux travailleurs de la santé ces vaccins qui pourraient leur sauver la vie

7 décembre 2020

TORONTO — Le gouvernement de l’Ontario est prêt à distribuer les vaccins contre la COVID-19 dès qu’il les recevra, en ciblant dans un premier temps les membres les plus vulnérables de la collectivité et ceux qui prennent soin d’eux. Conformément aux recommandations du Groupe d’étude provincial sur la distribution des vaccins contre la COVID-19 et du Comité consultatif national de l’immunisation, l’Ontario a défini les groupes de population clés qui seront les premiers à accéder aux vaccins. Il s’agit notamment des résidents des foyers de soins de longue durée et des maisons de retraite ainsi que du personnel qui prend soin d’eux. L’approche du gouvernement s’appuie sur les données scientifiques et donne la priorité aux groupes de population qui sont les plus exposés aux risques liés à la COVID-19.

Le premier ministre Doug Ford était accompagné aujourd’hui de la vice-première ministre et ministre de la Santé, Christine Elliott, de la solliciteure générale, Sylvia Jones, et du président du Groupe d’étude sur la distribution des vaccins contre la COVID-19, le général à la retraite Rick Hillier, pour fournir des détails à ce sujet.

« Nous devons déployer ces premières doses sûres et efficaces là où elles auront le plus grand impact et sauveront le plus de vies. Cela signifie qu’il faut vacciner le plus rapidement possible nos aînés vulnérables et les personnes qui prennent soin d’eux, a déclaré le premier ministre Ford. Notre gouvernement travaille activement avec le général Hillier et son Groupe d’étude afin de s’assurer que tout Ontarien ou Ontarienne qui en a besoin pourra se faire vacciner dès que nous recevrons les doses du gouvernement fédéral. D’ici là, nous demandons à chacun de prendre soin de ses proches âgés et de se protéger en continuant à respecter les mesures de santé publique. »

Les groupes de population prioritaires au cours des premiers mois du programme provincial de vaccination comprendront :

  • Les résidents, le personnel, les soignants essentiels et les autres employés des établissements de soins collectifs (p. ex. les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite) qui dispensent des soins aux aînés, car ils courent un risque plus élevé d’infection et de conséquences graves de la COVID-19
  • Le personnel de la santé, y compris le personnel hospitalier, ceux qui travaillent ou étudient dans un hôpital, et les autres travailleurs de la santé
  • Les membres adultes des communautés autochtones, y compris dans les collectivités éloignées où le risque de transmission est élevé
  • Les adultes qui reçoivent des soins de santé à domicile pour des problèmes chroniques.

« L’Ontario est prêt à distribuer les vaccins anti-COVID-19 à la population dès qu’ils seront disponibles, et cela commencera par les Ontariens les plus vulnérables et les plus à risque, a souligné la ministre Elliott. Notre priorité reste de protéger la santé et la sécurité de tous les Ontariens et Ontariennes. Nous veillerons donc à ce que, quel que soit l’endroit où ils se fassent vacciner, cette expérience soit rapide et sûre. »

Cliquez ici pour lire le communiqué au complet….

 

Source :  Cabinet du premier ministre

 

Bouger, pour ne pas décliner

par Catherine Couturier Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Bien vieillir

La pandémie et le confinement ont entraîné une augmentation de la sédentarité dans la population en général, mais encore plus chez les personnes âgées. Or, cette baisse d’activité physique est lourde de conséquences.

« La population gériatrique est plus à risque, parce qu’en vieillissant, on perd une certaine capacité d’adaptation. Ça ne prend donc pas un gros changement pour avoir un impact sur le fonctionnement », explique Luc De Garie, médecin de famille et médecin du sport à l’Institut national du sport du Québec.

En temps normal, seulement 16 % des adultes font la quantité d’activité physique nécessaire pour optimiser leur santé. Avec la fermeture des centres sportifs, la fin des activités organisées et des loisirs de toute sorte, il est devenu encore plus difficile de bouger. Une enquête internationale a ainsi estimé que l’isolement et les restrictions causées par la COVID-19 ont augmenté les temps sédentaires de 5 heures à 8 heures par jour. Une étude taïwanaise a quant à elle observé que le nombre d’hospitalisations causées par des chutes entre janvier et mai 2020 avait doublé comparativement à la même période.

À cela s’est ajoutée, surtout pour les personnes âgées exhortées par la Santé publique à rester à la maison, la réduction des petits temps actifs que permettaient les sorties comme aller à l’épicerie ou à la pharmacie. Et la problématique était exacerbée dans les résidences et les CHSLD : en plus d’annuler les activités de groupe organisées, les repas étaient livrés aux chambres dans les premiers mois de la pandémie, ce qui a considérablement réduit la dépense énergétique quotidienne des résidents.

Moins on fait certains gestes, moins on est capable de les faire
— Martine Lauzé

« Le message était de rester à la maison. C’est important pour les endroits publics, mais ça ne veut pas dire ne pas aller marcher à l’extérieur », nuance toutefois le Dr De Garie. Résultat ? « Il y a assurément une dégradation des conditions des patients, non seulement du côté de l’activité physique, mais aussi de l’isolement », affirme le médecin.

Rester actif pour… rester actif

L’activité physique joue un rôle essentiel pour le maintien de l’autonomie des personnes âgées. Martine Lauzé, kinésiologue et cofondatrice de NeuroMotrix, explique le cercle vicieux de la sédentarité : « Moins on fait certains gestes, moins on est capable de les faire. »

Cliquez ici pour la lire suite….

Source : Le Devoir, 28 novembre 2020

Photo: iStock S’activer, briser l’isolement, mieux dormir et se maintenir en santé: recommencer à bouger se fait petit à petit, mais les effets sont perceptibles dès la première journée.

La gestion de l’arthrite et la réduction des symptômes

19 octobre 2020 – Université McMaster

Saviez-vous que plus de 4,7 millions de Canadiennes et Canadiens âgés de 50 ans et plus vivent avec l’arthrite? L’arthrite est un problème douloureux pour de nombreuses personnes âgées, et la forme la plus courante, l’arthrose, est particulièrement pénible. La douleur de l’arthrose entrave la capacité de bouger et de bien fonctionner physiquement. Bien gérer ce problème de santé constitue donc un objectif important pour bien des patients et des médecins.

Il existe de nombreuses façons de gérer l’arthrite, de réduire les symptômes et d’améliorer la mobilité. Les stratégies d’autogestion impliquent souvent la gestion du poids, des thérapies par la chaleur et le froid et des exercices thérapeutiques. Des appareils d’assistance, des médicaments et des interventions chirurgicales peuvent également être utilisés selon le type et la gravité de l’arthrite.

Lire la suite …